headerbild_unterseite_05.jpg
 

Même après cet été très chaud : gardez la tête froide

Roland BIlang EV UPCommentaire de Roland Bilang, directeur de l'Union Pétrolière, à propos des récentes discussions sur les émissions de CO2.

 

Le 8 octobre 2018, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a de nouveau présenté un rapport intermédiaire sur l'état du climat mondial.

 

Le même jour, le Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC) en a remis une couche et annoncé qu'il reverrait ses objectifs climatiques nationaux pour 2050. Le GIEC pourrait se réjouir d'autant de zèle.

 

D'un autre côté, il est clair, d'un point de vue réaliste, que l'impact de ces objectifs nationaux est complètement surestimé. Pour mémoire : Depuis 1990, la Suisse a réussi à réduire de près d'un tiers les émissions de gaz à effet de serre dans le secteur de l'énergie. Les émissions mondiales de CO2 ont augmenté de plus de 50 pour cent au cours de cette période, ce qui est une vérité désagréable.

 

Une comparaison concrète : Avec les biocarburants, nous avons pu éviter l'émission de 450 000 tonnes de CO2 l'année dernière. Entre-temps, le monde a émis 460 000 000 tonnes de plus que l'année précédente.

 

En d'autres termes : Si nous nous soucions vraiment de nos glaciers, nous devrions garder la tête froide et réfléchir à ce que notre pays peut faire pour réduire le CO2 ailleurs.

 

Roland Bilang, directeur de l'Union Pétrolière

 

 





Les cookies facilitent la mise à disposition de notre site web. En utilisant nos services, vous acceptez que nous utilisions des cookies.
Informations supplémentaires Ok